LE DEUIL D'UN PROCHE

Le décès d’un proche est toujours un choc immense. Il engendre une très grande souffrance, quel que soit le sens que l’on donne à la mort de par sa culture, ses croyances ou sa religion. Chacun vit ces événements à sa manière, ressent les choses différemment et selon un rythme qui lui est propre. Le temps du deuil peut être très long, parfois plus court. Il n’est pas linéaire : on peut se sentir mieux à un moment donné, puis avoir l’impression de replonger à nouveau avant de remonter doucement la pente. Pour certains, c’est une peine aiguë et violente, pour d’autres c’est un mal-être général qui dure.

En perdant ton père, ta mère, un frère ou une sœur, tu as eu l’impression que le monde s’est arrêté de tourner, qu’une telle peine ne passerait jamais. Peut-être que tu es dans une totale incompréhension et révolte ? Ou que tu parviens à « faire avec », mais que tu ressens toujours au fond de toi cette perte, comme un poids que tu transportes toujours avec toi ? Quelle que soit ta manière de vivre ce deuil, il s’agit d’un chemin que tu parcours à ton rythme. Mais peu importe le temps que tu mets à traverser cette période, tu arriveras toujours à un « après », un moment où tu pourras à nouveau reprendre le cours de ta vie, lui redonner du sens tout en laissant dans ta mémoire sa place à celui ou celle qui est parti-e.

Un quotidien qui change

Le décès d’un proche est souvent un bouleversement du quotidien, et il est difficile d’accepter que les choses ne seront plus comme avant ; la mort est difficile à intégrer dans la vie de ceux qui restent. Mettre en place des rituels, se souvenir ensemble de la personne perdue, tout cela peut aider à accepter ce changement. Te réunir avec des proches qui connaissaient la personne décédée, faire une activité que vous appréciez, tout cela peut t’aider à intégrer le dérèglement de ton quotidien, et à passer vers cette nouvelle phase de vie, différente.

En parler

Peut-être que parler de la personne décédée, te souvenir d’elle et de ce que vous avez partagé est encore trop dur. Là aussi, il s’agit d’un ressenti tout à fait normal. Nous avons tous, face aux chocs, un mécanisme de protection qu’il faut respecter. S’il est important de pouvoir se souvenir, on ne peut pas forcément le faire tout de suite. Même si sur le moment cela semble impossible, viendra un temps où tu parviendras à sortir tes souvenirs de leur boîte et à laisser la mémoire de la personne disparue t’accompagner.

 
Tu peux aussi avoir juste besoin de parler de toi, de tes inquiétudes et de tes peurs. Parfois les jeunes en deuil que nous rencontrons se sentent très seuls, différents des autres, et n’arrivent pas à parler de ce qu’ils ressentent à leur entourage. Contacte-nous pour connaître les différents soutiens que nous proposons dans cette période difficile.

Liens utiles

  • Ciao.ch: site d'information, d'aide et d'échange pour les jeunes
  • 147: numéro d'aide d'urgence et site d'informations
  • Pro Juventute: projet d'aide et d'encouragement pour les enfants, les jeunes et leurs parents
  • Stop Suicide: prévention du suicide des jeunes