Paroles de jeunes

 (...) Le décès que j'ai vécu m'a appris que la vie était trop courte pour être fichue en l'air avec des bêtises, des embrouilles et que je n'avais encore rien vu dans ma vie. J'ai appris que j'étais plus forte que ce que je pensais, j'ai découvert que je pouvais me relever et être encore plus forte jour après jour en m'accrochant à mes rêves. (...) J'ai perdu mon papa, c'était la tragédie de ma vie, mais je me suis battue, je me bats encore aujourd'hui tout simplement pour le rendre fier et le faire vivre à travers moi. Il me donne la force d'avancer et de m'accrocher. Lire la suite...

(...) J’ai passé un dernier week-end avec lui puis il est parti rejoindre les étoiles. (...) Au début j’avais l’impression que tout le monde me mentait... ils me disaient tout le temps que ma douleur allait passer, que je ne penserais qu’aux bons moments que j’ai passés avec lui. Je me sentais tellement mal, j’étais perdue, mais maintenant trois ans après, je me sens mieux, j’arrive à penser aux bons moments sans que je fonde en larmes. (...) C’est vrai ça fait un énorme trou de perdre un proche, mais petit à petit ce trou se remplit de merveilleux souvenirs. Lire la suite...

On vit tous notre deuil à notre manière, à notre rythme, mais l’une des choses très importantes pour tous est de communiquer, il n’y a aucune honte à vouloir de l’aide, d’en parler à ses proches comme sa famille, des amis ou même au médiateur de votre école, à n’importe qui, mais bien sûr à As'trame, ce sont des personnes spécialisées dans domaine, ils ne porteront aucun jugement sur votre vie, ni sur vous. Moi je savais que je pouvais en parler avec ma famille, mais je n’arrivais pas et tout garder en moi commençait à peser de plus en plus, c’est pourquoi j’ai pris seule l’initiative d’aller chez As'trame. Lire la suite...

*Prénom d'emprunt

(...) Ce qui restera le pire pour moi est survenu par la suite : c’était l’incapacité des adultes de régler leurs problèmes entre eux sans impliquer les enfants. Je me sentais complètement tiraillé entre ma mère et mon beau-père d’un côté, mon père de l’autre. (...) Avec le recul, je conseillerais à un jeune qui traverse ça d’en parler avec ses parents, de dire ce qu’il ressent. Ce n’est pas à l’enfant d’assumer le choix des adultes. Lire la suite...